121 - Le Site dont vous êtes le Héros ll" group="shares" />

Le Site dont vous êtes le Héros

Lecture des livres dont vous êtes le héros

Publié le

La ruelle sombre s'éclaire violemment pendant une fraction de seconde. Le sol se soulève et les murs se fissurent. Vous êtes projeté à plusieurs mètres en arrière et vous avez juste le temps de vous plaquer au sol pour ne pas être atteint par un tuyau de canalisation.

La ruelle est pleine de fumée. Vos deux camarades de jeu sont allongés par terre. Des gardes de Pegasus s'occupent d'eux, tandis que d'autres s'engouffrent en courant dans la ruelle. Une grande femme blonde vêtue d'une combinaison bleue circule au milieu de toute cette agitation en hurlant des ordres. Ses cheveux sont retenus par un chignon strict et elle semble considérer la situation, y compris cette explosion, comme un affront personnel.

"Fouillez les environs ! crie-t-elle. Il faut les retrouver !

Elle vous jette un rapide coup d'oeil pour s'assurer que vous êtes bien vivant, mais ne répond pas. De qui parle-t-elle ? Vous aimeriez bien le savoir. Vous pensiez avoir mis tous les criminels hors d'état de nuire.

Un des gardes s'approche de la femme blonde. "J'ai réussi à contacter le commissariat central de New York. Les secours sont en route. La police vient de diffuser un bulletin général.

- Un bulletin général ? Mais qui recherchez-vous ? demandez-vous une seconde fois sans plus de succès. Je n'ai vu que deux bandits. Combien étaient-ils ?"

Un autre garde s'approche de la femme blonde. "L'explosion s'est produite dans les égouts, madame. Un véritable feu d'artifice. Il devait y  avoir un dépôt d'armes là-dessous. Aucune trace des criminels. Une voiture les attendait certainement à l'autre bout de la ruelle.

- Hé , attendez une minute ! vous exclamez-vous en vous tournant vers la responsable. Qui a disparu ? Qui s'est enfui ? Et QUI cherchez-vous ?"

La jeune femme blonde vous observe longuement comme si vous veniez juste d'apparaître. "C'est vrai que vous n'êtes pas au courant, dit-elle. Vous n'avez pas assisté à l'enlèvement.

- J'ai failli me faire tuer par des crapules armées de bazookas et de bombes, et cela a excité ma curiosité. (Vous comptez mentalement jusqu'à dix avant de perdre patience.)

- Nous transportions un dangereux prisonnier pour l'emmener au tribunal lorsque, soudain, nous sommes tombés dans une embuscade, réplique-t-elle. Le prisonnier s'appelait Maxwell Dillon. Vous le connaissez certainement mieux sous le nom d'Electro." (69)

 

Hébergé par Overblog